"Je m'en vais" Comment renoncer à une éducation abusive ?

Craquer signifie maltraiter l'enfant : le frapper, l'insulter, l'injurier, le menacer, l'ignorer, le critiquer durement, négliger ses besoins de nourriture, de jeu, de mouvement et de sommeil.

Si cela se produit systématiquement, l'enfant apprend qu'un adulte bienveillant peut blesser, être insensible, envahir les limites personnelles. Ceci est inscrit dans la vision du monde de l'enfant : "Je n'ai pas de valeur. Mes limites peuvent être violées. Mon intégrité corporelle n'a pas de valeur".

 Cela affecte l'estime de soi de l'enfant et il peut se sentir moins bien dans sa peau. L'enfant peut se mettre sur la défensive intérieurement : il cesse de faire confiance et essaie d'être sur ses gardes. Cette tension intérieure consomme beaucoup d'énergie mentale, et l'enfant peut commencer à moins apprendre, moins se souvenir et moins communiquer.

Comment savoir si vous utilisez la violence dans votre rôle de parent ? Si votre enfant se sent effrayé de communiquer, impuissant, révolté par l'injustice, vous utilisez probablement à ce moment-là. Vous pouvez également lire ici les signes d'abus dans une relation : https://neterpi.com/test

Comment se fait-il qu'il soit difficile d'arrêter ?

  1. Il se peut qu'il y ait eu des expériences de parentage abusif, avec un manque de chaleur et d'attention de la part des parents. Il peut y avoir eu des exigences excessives dans la famille et des punitions sévères. C'est-à-dire que le parent a été traumatisé dans son enfance.
  2. Peut-être la personne est-elle actuellement maltraitée (un conjoint crie et menace, les critiques et les accusations sont dures au travail), mais il est impossible ou dangereux de répondre au mari ou au patron. Alors une personne réagit sa colère sur quelqu'un qui est plus sûr. Par exemple, sur les enfants.

C'est ainsi que le mécanisme fonctionne. Il y a votre propre expérience traumatique, l'expérience de l'impuissance. Faire face à ça fait mal. ˃ Parfois, des situations se présentent qui ressemblent à des situations du passé où nous avons été traumatisés. ' C'est le déclencheur qui fait passer l'image à une image dangereuse, ' puis l'anxiété et l'impuissance sont déclenchées (je suis déjà passé par là et je me suis senti mal), ' puis l'irritation comme réaction défensive (nous ne voulons pas faire face à notre propre douleur), ' et enfin les actions violentes arrivent : gifles, insultes. 

Cela peut se produire très rapidement, en quelques secondes. 

Voici un exemple. Une de mes clientes a souvent été engueulée par ses parents lorsqu'elle était enfant et adolescente, critiquée et contrôlée. Lorsque cela s'est produit, elle a ressenti de la peine, de l'irritation et du désespoir. Lorsqu'elle a eu son propre enfant, elle a eu beaucoup de mal à supporter ses cris. C'était une situation déclenchante. Elle a dit qu'à ces moments-là, elle avait des images de son père qui lui criait dessus. Il était insupportable d'affronter à nouveau sa douleur et son impuissance, l'irritation s'accumulait. Et mon client répondait à l'enfant en criant, en le giflant. Puis elle s'est repentie, mais a dit qu'elle ne pouvait pas s'arrêter sur le moment. 

Comment arrêter le mécanisme de la violence ?

  1. La première chose importante à faire est de se souvenir de situations spécifiques et d'observer.

- A quel moment est-ce que je remarque que je suis cruel, violent ?

- Repensez à ce que vous viviez une minute ou quelques secondes avant de faire cette action. Qu'en pensez-vous ? Quelles ont été les réactions corporelles ? 

Par exemple, je me suis sentie très ennuyée 30 secondes avant de commencer à crier et à gifler l'enfant. Je me suis dit : il l'a fait exprès. J'ai senti une sensation de coagulation dans mon corps, la tension s'accumulant, mon cœur s'emballant.

- Quels étaient les sentiments encore plus tôt ? 3, 5, 10 minutes avant l'action ? Quelles étaient les pensées ? Que se passait-il avec le corps ? 

Par exemple, un enfant demande à acheter un jouet dans un magasin. J'avais l'impression que les gens qui m'entouraient me jugeaient, comme si c'était ma faute. Je suis transporté dans mon enfance, où j'ai été sévèrement critiqué pour un oubli, et même frappé une fois. La situation actuelle est dangereuse. Et je me sens impuissant, comme lorsque j'étais enfant. Je suis anxieux, attendant d'être puni de la même manière. L'émotion est la peur, le désespoir. Réflexions : C'est dangereux. Les gens ne sont pas heureux. Sous la forme de réactions corporelles, un resserrement de ma poitrine, la reprise de mon souffle. Et seulement ensuite une irritation sévère comme réaction défensive.

Il est important de retracer l'expérience traumatique à l'origine du sentiment d'impuissance et de l'irritation qui en découle.

  1. Comparez l'image que vous avez de votre enfant avec la réalité.

- Comment voyez-vous votre enfant dans ce moment d'irritation ? Comment expliquez-vous son comportement à vous-même ?

On peut avoir l'impression que l'enfant crie exprès pour vous faire sentir mal. Il est perçu comme un agresseur qui vous attaque.

Cette image peut être fascinante. Il est important de se poser des questions :

- Quelles autres explications pourrait-il y avoir pour son comportement ? Quelles autres explications peut-on donner à son comportement ?

Peut-être qu'il veut vraiment ce jouet et qu'il est contrarié que vous ne l'achetiez pas. Il n'a peut-être pas bien dormi la veille ou quelque chose d'autre l'a contrarié le matin. Vous avez peut-être déjà acheté le jouet lorsqu'il a insisté et il n'aime pas qu'on lui refuse cette fois-ci. Il a peut-être vu le jouet chez un ami hier et c'est pourquoi il le veut tellement maintenant. 

En général, il est affectueux, joueur et adore jouer et socialiser avec vous.

Une telle réflexion permettra de s'éloigner de l'image de l'enfant comme agresseur malveillant.

  1. Il est important de comprendre les objectifs des actes violents.

- Que voulez-vous réaliser exactement avec eux ? Pourquoi est-ce important pour vous ?

Dans notre exemple, je veux m'assurer que l'enfant est calme et que les personnes qui l'entourent n'ont pas l'air de le juger. C'est important car je ne veux pas me sentir coupable.

- Le résultat souhaité est-il atteint ? Le résultat est-il durable ?

Je n'ai pas ce que je veux. Mes cris et mes fessées perturbent encore plus l'enfant et nous attirons davantage l'attention sur nous. Et s'il se tait, c'est qu'il a peur. Cette obéissance est basée sur la peur et la prochaine fois, nous devrons crier plus fort.

  1. Trouvez la source de votre impuissance.

- Remarquez-vous votre anxiété et votre impuissance juste avant de réagir violemment ?

- À quelles expériences antérieures cette anxiété et ce sentiment d'impuissance peuvent-ils être liés ? Quelles situations liées à ces mêmes sentiments vous viennent à l'esprit ?

  1. Examinez les conséquences d'une action violente.

La violence ne nous apprend rien, c'est juste une libération de la colère. En conséquence, nos relations s'effritent, la confiance est perdue, la peur et les tensions apparaissent.

- Que ressentez-vous immédiatement après l'incident ? Après 10 minutes ? Une heure plus tard ? Le jour suivant ?

Peut-être est-ce un soulagement au début, puis la culpabilité et la peur de perdre la confiance en votre enfant.

- Quelles actions devez-vous entreprendre pour réduire les conséquences négatives ?

Peut-être dois-je accorder plus d'attention à mon enfant, le rassurer longuement, essayer de lui redonner confiance. S'il tombe malade après une dépression nerveuse, je dois m'occuper de lui et le soigner.

  1. Trouvez des alternatives.

 Qu'est-ce que j'aurais pu faire au lieu d'agir violemment ?

- Peut-être faire une pause : se laver le visage, prendre un thé.

- Comparez la réalité et vos propres fantasmes effrayants. L'enfant n'est pas l'agresseur et ne le fait pas exprès, mais de par son impuissance, il crie.

- Reconnaissez votre anxiété et votre impuissance. "C'est vraiment dur pour moi quand les gens autour de moi regardent mon enfant qui crie. J'ai l'impression qu'ils vont m'accuser, comme l'ont fait leurs parents.

- Recherche de compromis et de nouvelles solutions. Je peux peut-être parler à quelqu'un de mon entourage pour m'assurer que je ne suis pas blâmé et même sympathisé. Peut-être que je peux sympathiser avec mon enfant. Rêver avec lui : Comment ce serait si je pouvais acheter tous les jouets du monde. Que se passerait-il si je restais à côté de mon enfant, à attendre qu'il se calme ? Et si je l'invitais à discuter des règles d'achat des jouets ?

           Trouvez des alternatives pour les situations typiques - les déclencheurs.

Il est bon de tenir un journal de vos réactions dans les situations où vous avez envie de réagir violemment. 

Notez-le :

- date, heure.

- situation.

- Comment vous sentez-vous en ce moment ? Quelles sont vos réactions corporelles ?

- Comment vous sentiez-vous quelques minutes auparavant ? A quoi pensiez-vous exactement ? Saisissez un moment d'impuissance.

- Comment voyez-vous l'enfant maintenant ?

- Que voulez-vous faire ?

- Quelles sont les alternatives ?

La violence est une compétence qui peut être abandonnée.

Bien entendu, il est également important de s'assurer le soutien d'un psychologue en cours de route.

Il est possible de postuler à :

  1. Centre Neterpi  https://neterpi.com/ Cinq séances gratuites de conseil à distance sont proposées ici, tant aux victimes qu'aux auteurs de violences.
  2. https://altdv.ru/ Le centre de lutte contre la violence. Ils travaillent avec les auteurs de violence contre rémunération.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Catégories
Mises à jour du blog

fr_FRFrançais