Comment comprendre un nourrisson ?

Le titre de cet article laisse entendre qu'il n'est pas toujours facile de comprendre un bébé. Bien que, dès la naissance, l'enfant soit enclin à communiquer avec ses proches, il faut un certain temps au parent et au nourrisson pour apprendre à se connaître, pour s'adapter l'un à l'autre.

Pourquoi est-il important de comprendre le bébé ?

Une bonne compréhension des signaux de la première année de vie aide à répondre aux besoins du bébé de manière opportune et appropriée : nourrir le bébé lorsqu'il a faim, arrêter de jouer lorsqu'il montre des signes de fatigue et, inversement, être doux et amical avec le bébé lorsqu'il est d'humeur sociale ; partager les émotions du bébé, établir un dialogue avec lui. Ainsi, le nourrisson reçoit constamment des messages du monde : "Je peux te voir", "Maman t'aidera toujours à faire face aux problèmes - cela signifie que Maman est digne de confiance et que le monde est sûr", "Tu es gentil". L'enfant absorbe ces messages et ils deviennent son image du monde : le nourrisson développe une bonne attitude envers lui-même et une profonde confiance en ses parents. Il commence à ressentir l'adulte comme un soutien fiable dans son exploration du monde. On sait que si un enfant bénéficie d'un tel soutien sécurisant, il explore le monde plus activement, se sent plus en sécurité et est plus confiant.

Comment un nourrisson communique-t-il ?

Le bébé d'un an communique son état et ses souhaits par des pleurs, des gémissements, des fredonnements, des babillages, des expressions faciales, des mouvements du corps et des regards.

Les nourrissons distinguent et imitent les émotions de base : intérêt, surprise, dégoût, joie, colère, peur. Par exemple, dans une étude sur les émotions, on a observé un nouveau-né exprimant de l'intérêt en réponse au son d'un hochet (le regard direct d'un petit enfant est une manifestation de l'émotion d'intérêt), du dégoût lorsqu'il suce le doigt savonneux du chercheur, et de la colère lorsque l'enfant est testé pour le réflexe qui lui apporte le maximum de malaise. C'est-à-dire que dès la naissance, l'enfant manifeste une attitude à l'égard de tout ce qui lui arrive, et ces changements subtils dans son visage, son regard et ses pleurs peuvent nous aider à comprendre son état.

Pleurer.

Parfois, les adultes pensent à tort que les pleurs d'un bébé sont nécessairement l'expression d'un chagrin et d'une tristesse, ou une tentative de manipulation. Mais pour un bébé, c'est simplement une façon de dire "j'ai froid", "je m'ennuie", "je suis fatigué". Mais, bien sûr, les pleurs sont le signal le plus fort, généralement précédés de signes non verbaux.

Les chercheurs distinguent différents types de pleurs au cours de la première année de vie, tels que les pleurs de douleur, de faim, de fatigue, de refroidissement lors du changement de vêtements, de manque de contact physique, d'ennui, de peur, de surprise, d'impuissance, de colère et de détresse.

Selon P. Leach, il existe deux types de pleurs très différents : les pleurs de douleur et les pleurs de faim. Les pleurs de douleur sont les plus forts. Un cri long, brusque et fort est suivi d'une pause, un silence provoqué par la retenue de la respiration. Ceci est suivi d'une courte respiration en sanglot et d'une expiration avec une toux. Puis il y a un autre cri.

Les pleurs de faim s'accumulent progressivement. Au début, il est calme et non rythmé, puis il devient plus fort et rythmé. Le cri sur l'expiration alterne avec un sifflement sur l'inspiration.

Souriez.

Au cours des deux premières semaines de vie, le sourire de l'enfant apparaît surtout pendant le sommeil, en raison de changements dans les potentiels électriques du cerveau. Lorsque le bébé est éveillé, le sourire est rare et il s'agit plutôt d'une réaction réflexe à la caresse des joues et des lèvres. Entre l'âge de six semaines et de trois mois, le sourire est déclenché par des événements extérieurs : un visage humain, un regard, une intonation élevée et une chatouille. À trois mois, le nourrisson commence à sourire pour obtenir une réponse, comme un sourire réciproque ou un appel verbal de sa mère. À l'âge de 4-5 mois, le nourrisson commence à rire : lorsqu'il communique, en réponse aux impressions visuelles changeantes et en réponse aux chatouilles.

Pièce jointe.

Dès l'âge de cinq semaines, les nourrissons interagissent différemment avec les personnes familières et non familières, et entre 3 et 6 mois, ils développent clairement une préférence pour une personne (la mère). Alors que les bébés de 3-4 mois sourient et s'animent lorsqu'un adulte leur parle, les bébés de 5-6 mois regardent un adulte inconnu avec une attention longue et concentrée, puis peuvent sourire, se détourner ou pleurer. Dès l'âge de 6-7 mois, l'enfant commence à regarder dans les yeux de son parent après une action afin d'obtenir une évaluation de son comportement. C'est également à cet âge que l'enfant commence à montrer l'objet au parent en le regardant et en regardant le parent à son tour.

 Vers l'âge de 9 mois, le nourrisson développe un phénomène de référence sociale, c'est-à-dire que lorsqu'il se trouve dans une situation non familière ou lorsqu'un étranger s'approche, le nourrisson regarde comment un adulte proche réagit à la situation ou à la personne et, sur cette base, il construit son comportement.

"Je veux communiquer."

Une distinction est faite entre les signaux légers et les signaux forts invitant un nourrisson à communiquer.

Les signes légers comprennent des signes d'animation sur le visage : les yeux s'élargissent, les sourcils sont relevés ; les mains s'ouvrent (doigts légèrement pliés), la tête est relevée, les mouvements du corps sont ralentis.

Les signes évidents de la volonté de communiquer sont le sourire, le fait de tourner la tête vers le parent, les vocalisations telles que le fredonnement, le babillage, le contact visuel, les mouvements circulaires réguliers des bras et des jambes.

"Je ne veux pas communiquer."

Quand un nourrisson peut-il chercher à interrompre une interaction ? Lorsqu'il est fatigué ou surexcité : il y a peut-être trop d'impressions différentes ou elles sont trop fortes. Ou, au contraire, il manque la réponse d'un adulte : le visage de la mère est sans émotion et elle ne répond pas aux appels de l'enfant.

Les signes indiquant que l'enfant veut interrompre la communication sont les suivants : pincement des lèvres, grimace, froncement des sourcils, clignement ou fermeture des yeux, détournement du regard, augmentation des mouvements de succion accompagnés de bruit ; gémissements, hoquet, rapprochement des mains ou de la tête (cou, gorge, visage, oreille), accrochage, augmentation des mouvements des jambes, étirement tendu des bras et des jambes.

Les signes évidents du désir d'un nourrisson d'interrompre l'interaction comprennent un visage larmoyant, des bruits d'anxiété, des pleurs, de la toux, des vomissements, un regard détourné maximal, des replis, des postures fermées et une transition vers un état de somnolence.

 "J'ai faim."

Lorsque le bébé a faim, il se lèche les lèvres, cherche le sein - tourne la tête, ouvre la bouche, tire la langue ; suce sa main ou son poing. Le cri de la faim est rythmé.

 "J'en ai marre."

Le bébé est rassasié s'il cesse de téter le sein ou le biberon, ferme la bouche, détend son corps et s'endort, courbe le dos et se détourne, repousse le biberon.

"Je suis fatigué/je veux dormir"

Lorsqu'il est fatigué, l'enfant a l'air déconcentré, comme replié sur lui-même, il peut sucer ses doigts ou son poing ; son intérêt pour les jouets ou pour le parent diminue, il est difficile d'attirer l'attention de l'enfant et la coordination de ses mouvements diminue. Le nourrisson bâille, se frotte les yeux, peut se pencher et faire des mouvements brusques pour attirer l'attention. Le bébé gémit de façon irrégulière et, si rien n'est fait, ces sons se transforment en beuglements.

"Je veux changer de décor."

Parfois, le bébé a besoin de changer d'endroit et peut s'ennuyer. Dans ce cas, le nourrisson se détourne de l'objet placé devant ses yeux et gémit en émettant des sons d'irritation.

"J'ai mal/je ballonne"

Tout le corps du bébé se tend, se raidit, ramène ses genoux contre sa poitrine, son visage se plisse en une grimace douloureuse, sa langue se recourbe vers le haut et il pousse des cris stridents.

 "Où êtes-vous tous ? Je veux me tenir la main"

L'enfant regarde autour de lui pour essayer de vous trouver. Le bourdonnement se transforme soudain en cris brefs. Les pleurs cessent dès que l'on prend le bébé dans ses bras.

Qu'est-ce qui aide à comprendre un nourrisson ?

Chaque enfant est unique, avec son propre tempérament, sa propre façon d'accepter ou non les nouveautés, son propre rythme de vie et de développement et ses réactions uniques à certains événements. Ralentir, s'adapter à l'enfant, observer, imiter son comportement et analyser la situation en question permet de comprendre l'enfant.

● Décélération et synchronisation.

Dès la naissance, le nourrisson est un partenaire actif de la communication. Un nouveau-né en sait déjà beaucoup : il reconnaît les émotions individuelles sur le visage de ses parents, réagit aux expressions faciales, identifie et préfère le visage et la voix de l'homme, imite les mouvements du visage de son interlocuteur (langue sortie, bouche ouverte). L'enfant entre immédiatement en dialogue avec sa mère. L'important est de lui donner l'occasion de s'exprimer, de remarquer ses expressions, de faire des pauses, de répéter, de parler et de se déplacer lentement et en douceur, de s'adapter au rythme de communication du bébé, de le percevoir comme un véritable interlocuteur. Pour que la conversation soit agréable, il est important que la personne interrogée ait l'impression que chacun s'influence mutuellement.

Vous ne devez en aucun cas vous précipiter pour arrêter les pleurs du bébé en lui donnant une tétine. Il est préférable de prendre quelques secondes pour comprendre ce qu'il réclame vraiment, ce dont il a besoin maintenant. A ce sujet, voir ci-dessous.

Si l'on ne répond pas aux signaux du bébé ou que l'on y répond toujours de la même manière (par exemple, en lui donnant toujours à manger lorsqu'il pleure), le nourrisson reçoit le message que peu importe la manière dont il pleure, le résultat est toujours le même et il commence à pleurer toujours de la même manière.

● Qu'est-ce qui a précédé ?

Votre bébé pleure et vous ne comprenez pas pourquoi. Pensez à ce qui a précédé les pleurs. Que faisait le bébé ? Elle venait de manger ? Était-elle endormie et peut-être réveillée et couchée seule depuis longtemps ? Ou bien jouait-elle (et était-elle fatiguée) ? Peut-être a-t-elle fait une nouvelle expérience la veille : par exemple, a-t-elle commencé à ramper ? (On observe parfois des changements dans le sommeil, l'appétit et l'humeur d'un enfant pendant une poussée de développement).

● Que s'est-il passé à l'extérieur ?

Peut-être que les odeurs provenant de la cuisine sont trop âcres ? (Les bébés sont très sensibles aux odeurs.) Ou un chien a-t-il aboyé et alarmé le bébé ? Quelle est la température de la pièce ? Est-il trop froid ou trop chaud ?

● Comment vous sentez-vous ?

Un bébé réagit de manière très sensible aux expériences de ses parents. Les émotions de la mère se manifestent dans ses mouvements, ses expressions faciales et son intonation lorsqu'elle communique avec le bébé. Si vous êtes anxieuse, en colère ou très fatiguée, votre bébé le ressentira certainement et son état émotionnel pourra également changer. 

● Observation et imitation.

En observant un bébé, ses mouvements, ses expressions faciales, ses sons, essayez de copier son comportement, ses cris. Lorsque nous copions les expressions faciales d'une autre personne, il se produit en nous des changements physiologiques qui correspondent à l'émotion exprimée par le visage de l'autre personne, et nous pouvons comprendre ce que cette personne ressent. Il en est de même dans le cas d'un nourrisson. Vous pouvez mieux le comprendre en imitant ses mouvements, ses expressions faciales et ses sons. En outre, cette réflexion contribue au développement de la perception que l'enfant a de lui-même.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la communication avec votre bébé au cours de sa première année de vie, je vous recommande deux livres :

  1. Р. J. Mukhamedrakhimov, "La mère et le nourrisson : interaction psychologique".
  2. Tracy Hogg "Que veut votre bébé ?"

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Catégories
Mises à jour du blog

fr_FRFrançais