Comment soutenir un enfant en cas de besoin ?

De temps en temps, un enfant doit faire face à un malheur. Une chute douloureuse, un jouet confisqué, une injure à l'école... Les enfants se tournent vers leurs proches - leurs parents - pour être rassurés. Voici un aperçu de ce qui peut être précieux pour une personne lorsqu'elle est bouleversée.

Soutenir, c'est être attentif. "Je peux voir que quelque chose d'important est arrivé pour vous"

Tout le monde veut que ses inquiétudes soient prises au sérieux. Examinez attentivement la zone meurtrie. Pour écouter l'histoire de l'argument. Et à ne pas balayer du revers de la main : "Ce n'est pas grave !", "Tu es toujours comme ça", "Ne t'énerve pas !".

Soutenir, c'est embrasser.

Le toucher des personnes aimées libère l'hormone ocytocine, qui nous donne une sensation de chaleur et de douceur. La quantité de cortisol, l'hormone du stress, est considérablement réduite. En d'autres termes, les câlins et les contacts avec nos proches nous calment naturellement.
Si un bébé pleure désespérément et ne vous entend pas du tout, un câlin, une caresse peut être le seul moyen de le réconforter.
Vous pouvez inventer vos propres signes de soutien sans paroles. Encodez les mots "Je t'aime" en un toucher (peut-être une simple pression de la main).

Soutenir, c'est écouter. Et pour vous faire savoir que vous avez été entendu.

Une conversation sérieuse se déroule toujours face à face et au même niveau de regard.
Nous pouvons directement répéter, sur un ton affirmatif, ce que nous avons compris de l'histoire.
Enfant : Je ne jouerai plus avec Vanya !
Parent : -Tu ne veux plus être ami avec lui.
L'enfant hochera la tête, ou nous corrigera, pour compléter l'histoire. Il sentira que vous êtes prêt à l'écouter.

Soutenir signifie compatir, partager ses sentiments.

Lorsque nous sympathisons, nous nous mettons à la place de l'autre personne, nous comprenons et partageons ses sentiments, nous exprimons notre sympathie.
Il n'est pas toujours facile pour les enfants de gérer leurs sentiments. Quelque chose s'est produit, il/elle éprouve de nombreuses émotions, mais il est difficile de les exprimer avec des mots. Nous pouvons exprimer les émotions que nous pensons que l'enfant ressent et ainsi nous joindre à lui, en exprimant notre sympathie.
Enfant : Je ne jouerai plus avec Vanya !
Parent : - Tu ne veux plus être ami avec lui.
Enfant : Oui ! Il a cassé mon jeu !
Parent : - Tu as été très blessé.
Lorsque vous nommez les sentiments de votre enfant, l'intensité de vos émotions diminue. L'enfant ressent votre implication ; il sent que vous comprenez et partagez ses sentiments. Et le chagrin que vous partagez est réduit de moitié.
La forme affirmative est préférable à une question parce que : "Que s'est-il passé ?", "Êtes-vous contrarié ?" est plutôt un exercice de recherche de faits. Une affirmation reflète mieux la sympathie.
Si vous faites une erreur en assumant un sentiment ou un autre, l'enfant vous corrigera.

Vous pouvez également exprimer ce que vous ressentez à propos de ce qui s'est passé : "Je comprends vraiment", "Je suis désolé de ce qui s'est passé", "Cela fait vraiment mal".

Soutenir signifie maintenir la durabilité.

Bien sûr, de nombreux sentiments forts peuvent surgir lorsque vous entendez qu'un enfant est blessé ou a échoué. Mais si vous vous complaisez dans vos propres sentiments en pleurant amèrement ou en vous mettant en colère et en tapant du poing sur la table, l'enfant ne se sentira pas soutenu. Au contraire, il sera clair que vous avez besoin de réconfort maintenant.

Si les émotions sont trop fortes, essayez de vous retenir lorsque vous parlez à l'enfant, puis appelez votre ami ou un service d'assistance téléphonique pour obtenir du soutien.

Soutenir, c'est refuser de blâmer l'enfant lui-même.

"Je te l'avais dit", "C'est de ta faute", "Tu te trompes aussi sur quelque chose", "Regarde-toi" - rien de tout cela ne fonctionne pour le soutien, au contraire, cela fait encore plus mal.

Plus tard, vous pourrez déterminer ensemble comment tout cela a commencé et qui en est responsable, mais dans un premier temps, l'enfant a besoin de sympathie, et non d'un jugement sur qui a raison et qui a tort.

Soutenir signifie chercher une solution ensemble, et non donner des conseils.

Nous pouvons parler à l'enfant des actions qu'il pourrait entreprendre, mais après le soutien émotionnel.
"Réfléchissons ensemble à ce que nous pouvons faire. Quelles idées avez-vous ?"
Mais c'est la sympathie de l'enfant qui compte avant tout, et non notre plan pour gérer la situation.

"Tu devais", "Fais-le de cette façon" n'est pas un soutien. Après que l'enfant a partagé ses idées, vous pouvez parler de vos expériences. Qu'est-ce qui vous a déjà aidé ? Ou qu'auriez-vous fait à sa place ? À partir de là, c'est à l'enfant de décider comment utiliser ces idées.

Dans l'ensemble, soutenir un enfant n'est pas très différent de soutenir un adulte. Lorsque nous sommes attentifs, que nous écoutons, que nous partageons nos sentiments, que nous restons stables, que nous embrassons l'être aimé, que nous nous abstenons d'accuser et que nous préparons des solutions, nous rendons définitivement la douleur plus calme et notre relation plus chaleureuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Catégories
Mises à jour du blog

fr_FRFrançais